Dans les coulisses des conférences de « Families In Global Transition » 2015

Par 11 mars 2015 Actualités

J’ai eu le plaisir de passer trois jours à la conférence 2015 « Families in Global Transition » à Washington afin de réfléchir à la question « Finding Home amidst global change » ; ou comment trouver son chez-soi dans un monde en perpétuel changement.

Le groupe d’étude FIGT a été créé en 1998 par l’un des auteurs du livre référence de la compréhension des particularités issues d’une enfance passée à l’étranger, « Third Culture Kids » écrit par Ruth E. Van Reken et David C. Pollock. L’objectif est, chaque année, que les experts de l’accompagnement des familles expatriées puissent partager leurs idées afin de mieux aider ces familles à vivre les transitions et les changements inhérents aux déplacements internationaux.

En effet, s’installer à l’étranger pose des problèmes particuliers comme la gestion des départs, l’adaptation à des pays très différents, ou bien le sentiment d’appartenance diffus que peut ressentir chaque membre de ces familles internationales.

Plusieurs échanges passionnants ont rythmé ces journées riches en réflexion. Tous les professionnels, coaches et formateurs interculturels, psychologues, auteurs, conseillers scolaires, responsables logistiques, spécialistes possèdent en effet la volonté de partager leurs connaissances pour faire avancer les idées concernant les enjeux de cette globalisation galopante sur les familles et les enfants.

Quelques réflexions phares prises tout au long des différentes présentations :

– L’homme est de plus en plus un être international multi ethnique, ce que Teja Arboleda nomme « Ethnic Man »
– Beaucoup d’adolescents souffrent en silence en se sentant perdu et sans repères et ont besoin de verbaliser leur désarroi.
– La question « d’où venez-vous » peut parfois signifier « combien de personne différentes êtes-vous ? » lorsque l’expatrié doit s’adapter à plusieurs cultures différentes
– Les trois dimensions à prendre en compte pour se sentir chez soi : le lieu où l’on vit, le sentiment qu’on y ressent, et la communauté dans laquelle on est.
– S’installer à l’étranger à 7 ou 18 ans sont les âges les plus délicats pour réussir à se créer une identité adulte forte.
– Importance de ressentir les signes physiques du manque de connexion avec un « chez soi » par des stratégies de reprise de conscience de son corps
– Quand on part s’installer ailleurs on prend la forme de triangle et à notre retour les pointes ne s’ajustent pas au cercle d’amis et proches
– « Use your difference to make a difference », ne pas être ce qu’on suppose devoir être mais revendiquer nos particularités.
– « Home must become less a passive retreat and more an active pursuit » en créant des communautés solidaires pour s’entraider
– Il est nécessaire d’être prêt à explorer le monde de ses sentiments pour explorer la vie en général, et notamment être prêt à vivre des départs et des adieux.

Je vous présente ici trois vidéos « live » résumant chaque journée de la conférence.

1e jour de conférence FIGT 2015

2e jour de conférence FIGT 2015

3e jour de conférence FIGT 2015

Ecrire une Réponse